•  

    Ces plantes qui tuent le cancer

     

    L’Absinthe (artemisia annua L) connue depuis des millénaires était utilisée pour soigner le paludisme, et des chercheurs viennent de découvrir qu’elle pourrait détruire 98% des cellules cancéreuses du poumon.

    Toute plante est considérée comme nuisible à moins qu’on ne lui trouve finalement des propriétés bénéfiques à notre santé… Prenons par exemple l’Absinthe, cette plante, dont on fait une boisson anisée, interdite pendant des années, soupçonnée à juste titre d’attaquer les centres nerveux de ceux qui en abusaient, est de nouveau autorisée.

    C’était, au 19ème siècle, la boisson favorite des artistes, et de Van Gogh à Verlaine, en passant par Émile Zola, qui en décrivait les ravages dans son célèbre « Assommoir », ils ne dédaignaient en abuser, et on a pensé longtemps que la Thuyone, l’une de ses molécules, pouvait amener à la folie.

    Or aujourd’hui, des études ont prouvé qu’il n’en était rien, et elle connait aujourd’hui un certain succès. lien

    Mais l’Absinthe cache d’autres propriétés, notamment celle de guérir le cancer.

    Tout viendrait de tombes découvertes à Mawangdui, en Chine, à l’est de Changsha, dans le Hunan, site fouillé en 1972, et contenant entre autres des rouleaux manuscrits lesquels concernaient la médecine chinoise et notamment des plantes médicinales. lien

    Ces textes datant de 168 avant notre ère évoquaient les propriétés de l’artémisinine, composé chimique extrait de l’absinthe. lien

    Plus près de nous, des chercheurs de l’université de Washington Narendra P.Singh et Henry C. Lai, ont publié une étude démontrant que l’artémisinine pouvait soigner efficacement des cancers. lien

    Même si la question fait débat, la piste semble tout de même intéressante. lien

    Et puis de nombreuses autres plantes médicinales auraient aussi la faculté de soigner le cancer : le Pissenlit par exemple…

    Selon une étude récente de l’université de Windsor au Canada, les racines de Pissenlit seraient bien plus efficaces que la chimiothérapie.

    Les effets cytotoxiques de l’extrait de racine de Pissenlit pourrait tuer jusqu’à 96% des cellules de la leucémie myélomonocytaire chronique (forme de cancer du sang) 48 heures seulement après assimilation.

    La découverte des propriétés de cette plante est presque du domaine du hasard : le Docteur Caroline Hamm, une cancérologue, a constaté que l’une de ses patientes buvait régulièrement du thé aux racines de pissenlit dans la salle d’attente, et que sa santé s’améliorait…

    Elle s’en est ouverte auprès d’un biochimiste, Siyaram Pandey, professeur à l’Université de Windsor au Canada, lequel a entrepris des recherches, aidé par ses étudiants.

    Il a fait des essais sur le sang de patients différents et a fini par constater : « l’extrait de racine a tué les cellules de façon très sélective. Les cellules saines n’ont pas été tuées, alors que les cellules cancéreuses oui  ». lien

    Amusant si l’on songe au sens de l’expression « sucer les pissenlits par la racine » …lien

    Quittons le Pissenlit pour une autre plante qui suscite depuis des années de sévères polémiques : le Chanvre.

    Contre toute attente, le Chanvre, lui aussi, peut lutter efficacement contre le cancer.

    En effet, s’il faut en croire l’Institut National du Cancer des États-Unis, les cannabinoïdes du cannabis aident à éradiquer le cancer en tuant les cellules endommagées de l’organisme, tout en protégeant les cellules saines. lien

    Il était déjà connu que les cannabinoïdes pouvaient « être utiles » en aidant, entre autres, les patients à supporter la douleur, et à stimuler leur appétit, mais avec cette découverte, il y a de quoi donner de nouveaux arguments à ceux qui en demandent depuis longtemps la dépénalisation du cannabis.

    Quittons le chanvre pour un arbre d’Amazonie, le Graviola.

    Des recherches en laboratoire ont démontré que des extraits du fruit de cet arbre, appelé Guanabana, (corossol en anglais) peut lutter contre le cancer avec un traitement entièrement naturel qui ne provoque ni nausées, ni perte de poids, ni perte de cheveux, tout en protégeant le système immunitaire.

     

    Depuis 1976, le Guanabana s’est avéré en effet un agent très efficace lors de plusieurs tests effectués en laboratoires.

    Une étude publiée dans le « journal of natural Products » a déclaré que ce fruit peut tuer sélectivement les cellules cancéreuses du côlon avec une capacité supérieur à 10 000 médicaments de chimiothérapie. lien

    Plus de renseignements sur ce lien.

    Même les feuilles de l’arbre Graviola peuvent agir contre le cancer, et seraient particulièrement efficaces contre les cancers du colon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas. lien

    Pour être tout à fait complet il faudrait évoquer d’autres plantes connues pour leurs propriétés anti-cancer comme par exemple la Morelle noire, la Chicorée sauvage (Cichorium intybus), et la Glabra de salsepareille, découvertes dues à des scientifiques de l’Université de Floride, de Case Western Reserve University, et le l’Université de médecine de King George, en Inde. lien

    Et ce n’est pas tout : une recherche menée par Ratna Ray, professeur agrégé de pathologie, accompagné de son équipe de l’Université de Saint Louis, a mis en évidence l’action positive de l’extrait de Melon Amer, lequel réduit la croissance des cellules cancéreuses, stoppant aussi la croissance de celles du cancer du sein et de la prostate. lien

    Toujours grâce au jus de Melon amer, une étude émanant de l’Université du Colorado, à démontré qu’il limitait la capacité des cellules cancéreuses pancréatiques à métaboliser le glucose, réduisant ainsi la source d’énergie des cellules, et permettant par la suite de les détruire.

    On pourrait ajouter à cette longue liste des plantes médicinales anti-cancer, la Chirette verte, la luzerne, l’anis, la nymphée odorante, l’Arjuna, l’Ashwagandha, le Chardon béni,  l’Actée à grappes noires, l’Aigremoine, la Chélidoine, cette fameuse plante qui guérit aussi les verrues en appliquant le suc jaune sur celles-ci, le Nerprun purgatif, le Clajeux, la Boswellia serrata, le Cordyceps, la chimaphila Umbellata, le Phytolacca americana, le Pétasite, le Lapacho, la Suma, variété de Ginseng Brésilien, la violette odorante, le trèfle des près, la Drosera à feuilles rondes, (plante carnivore) le Serenoa repens, le Polypodium decumanum, la Valériane, le Saule blanc, l’Estragon, le Pastel des teinturiers, l’Oseille crépue, le Zédoaire, (variété de curcuma) la Dionée attrape-mouche, (autre plante carnivore) l’espinheira Santa, le Mullaca, le Mutamba

    Concluons avec quelques autres plantes qui seraient utiles pour lutter contre le cancer, comme le Curcuma, l’Hydraste du canada, le Chardon-marie, l’Echinacea, le Gingembre, la Gotu Kola, la Bardane, l’Achillée millefeuille, le Romarin.  lien

    Mais ne faudrait-il pas d’abord lutter en amont, afin d’éviter d’hériter de cette terrible maladie, responsable chaque année de la mort de 150 000 personnes en France ? lien

    On sait déjà que la pollution radioactive est un vecteur redoutable du cancer, de la leucémie, (lien) mais on sait moins que dans nos lessives se trouvent des agents dangereux capables de provoquer allergies, voire même des cancers.

    En effet, s’il faut en croire la revue « 60 millions de consommateurs », certaines lessives contenant des produits cancérigènes et toxiques pour le foie.

    12 marques de lessive, sur 14 testées, ont été jugées coupables d’utiliser des produits chimiques dangereux, et si elles garantissent des t-shirt sans taches, le colorant « rhodamine B » qu’elles contiennent est soupçonné d’être « irritant cancérogène probable  ».

    Seules 2 marques, Ecover et Rainett, ont trouvé grâce aux yeux des testeurs de la revue. lien

    Il n’y a hélas pas que certaines lessives qui soient dangereuses, toujours d’après le même magazine, il existe plus de 100 produits du quotidien qui sont dangereux.

    Des aliments, aux cosmétiques, en passant par les détergents, ceux qui ont été passés au crible des enquêteurs, n’ont pas donné un résultat très encourageant. lien

    Pour en revenir au nucléaire, autant il est possible de se passer des lessives, et autres produits de consommation dangereux, autant il devient de plus en plus compliqué d’éviter la pollution radioactive.

    On sait aujourd’hui que celle de Fukushima a traversé l’Océan, et se retrouve sur les côtes américaines, mais elle se trouve aussi maintenant dans l’eau du robinet des consommateurs de Tokyo  : on a mesuré une augmentation de la contamination radioactive de l’eau de consommation de 24%. lien

    Comme dit mon vieil ami africain : « il est plus facile d’empêcher la maladie que de tenter de la soigner  ».

    L’image illustrant l’article vient de dinafem.org

    Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

    Ce lien précise comment utiliser ces plantes

    Olivier Cabanel

    Articles anciens

    Atchoum

    L’huile de l’arbre

    Un article à la noix

    A table avec les sauvages

    A table avec les insectes

    Des racines et des arbres

    Finissez vous assiettes

    Main verte pour tomate rouge

    La drogue ce tabou

    Ces plantes qui font trembler Big-Pharma

    Arrêtez la terre, je veux descendre

    A l’oreille des feuilles

    La terre folle

    Au bois de mon cœur

    Les dessous du chou

    Le jardin extraordinaire

    Des piquants qui protègent

    Ces plantes qui tuent les virus

    L’amarante, plante espiègle

    Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

    Aimer la Terre

    Les avancées de l’immobile

    A l’aide d’iode

    N’écrasez pas le champignon

    Jamais déçu par le chou

    Sauvé par l’écorce

     

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/ces-plantes-qui-tuent-le-cancer-177041

     

     

    votre commentaire
  • Le revenu universel, donc la fin de l'état providence

    Voir aussi

    Le revenu universel et la fin de l'état providence

     
    Une vague populiste se déverse sur les états voulant faire passer l'apparition possible d'un revenu universel comme l'avènement tant attendu de l'état providence. Le véritble socialisme enfin réalisé et par les pays capitalistes en prime. Plus de chômage, car plus de travail. Un véritable miracle.
     
    Si miracle il y a, il est dans la manière dont les populations sont préparées pour accepter des mesures devant conduire à la remise en cause des acquis sociaux et à la protection étatique. Ce qui tombe bien lors des négociations du Traité transatlantique prévoyant la privatisation des services publics.
     
    Petite opération de démystification.
     

     
    Qu'est ce que le revenu universel
     
    L'idée d'un revenu universel fait son chemin depuis les années 70. D'origine américaine, l'idée n'a pourtant pas été réalisée aux Etats Unis, sauf en partie en Alaska. Ensuite, les approches ont variées en Europe, en passant par la Belgique. Pour ensuite être l'objet de toute une machine institutionnelle:
    "C’est aux Etats-Unis qu’est apparue, après guerre, l’idée d’un revenu de base progressiste. Initiateur en 1968, avec Paul Samuelson, John Kenneth Galbraith et mille deux cents autres économistes, d’un appel en ce sens, Tobin fait introduire son projet de demogrant dans le programme de George McGovern, dont il est le conseiller, lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 1972. Avec la lourde défaite du candidat démocrate face à Richard Nixon, le projet est enterré."
    Enterré aux Etats Unis, il prend son chemin véritable, celui de l'Europe:
    "Il refait surface en Europe, d’abord dans les Pays-Bas des années 1980 (6). En Belgique, un groupe de chercheurs et de syndicalistes crée en 1984, autour de l’économiste et philosophe Philippe Van Parijs, le Collectif Charles Fourier. Un colloque organisé en 1986 à l’Université catholique de Louvain donne naissance au Réseau européen pour le revenu de base (Basic Income European Network, BIEN), qui deviendra mondial (Basic Income Earth Network) en 2004. "
    Et selon les pays, il est envisagé différemment. L'idée fondatrice est de permettre à chacun de ne plus avoir peur de la pauvreté, de pouvoir choisir un travail qui l'intéresse. Bref, le travail dans la joie. Dans les faits, les pays envisagent des revenus minimums allant de quelques centaines d'euros à un millier, supprimant en parallèle les aides sociales diverses et variées, les pensions de retraites, etc. 
     
    La Finlande devrait le mettre en oeuvre début 2017:
    "Pour le gouvernement, il s'agit de lutter contre la pauvreté. Un salaire minimum commun remplacerait alors toutes aides sociales en vigueur. Un Finlandais verrait donc s'évaporer ses aides au logement, aux études, au chômage mais aussi sa pension de retraite. Les citoyens qui souhaitent avoir un niveau de vie plus élevé pourront bien sûr compléter ce revenu de base en étant salarié, artisan ou entrepreneur. "
    Le Québec l'envisage, la France en parle. Le débat reste toujours social, comment couper les aides sociales, de combien ce revenu doit-il être,etc. C'est en quelque sorte la version "des pauvres".
     
    La Suisse doit proposer une version plus attrayante pour ses citoyens qui ne se contenteront pas de la version soutien social minimal proposée dans les autres pays, moins riches. Ainsi, plus de 2000 euros par personnes et par mois, plus encore pour les enfants. Chacun pouvant alors choisir de travailler ou non, là il veut, comme il veut. Le Paradis sur Terre. Ou l'Enfer à petit feu. Comme il est bien commu, l'Enfer est pavé de bonnes intentions. Sauf que les intentions ici ne sont pas forcément si bonnes et la sincérité des gouvernants et des idéologues laisse songeur.
     
    L'expérience russe: la monétarisation des aides sociales et l'appauvrissement des catégories sensibles
     
    Ce processus, soi-disant social jusqu'au paroxisme, a été, dans sa logique, déjà mis en place en Russie sous l'égide des ministres néolibéraux aux commandes au début des années 2000. En 2004, sous l'impulsion des ministres A. Koudrine et M. Zurabov a été adopté la loi sur la monétarisation des aides sociales.
     
    L'idée était elle aussi très simple. Au lieu de donner des avantages en nature à certaines catégories de la population, le Gouvernement va leur donner de l'argent qu'ils utiliseront comme ils veulent. Cette réforme a concerné essentiellement les retraités, les invalides, les militaires. Ils devaient payer les médicaments, les transports, n'avaient plus d'aides au logement.
     
    De nombreuses manifestations ont eu lieu, car la population a été fortement appauvrie, le montant alloué ne couvrant pas les frais réels. Les gens furent obligés d'économiser sur les soins, sur la nourriture, etc. Mais la réforme a permis ainsi de faire des économies budgétaires, sur le dos des catégories socialement fragiles. Le Conseil pour les droits de l'homme, à l'époque, avait même demandé la suspension de la loi pour raison d'urgence sociale. Sans compter que Zurabov avait déclaré qu'il fallait absolument stabiliser les tarifs de chauffage, d'eau et d'électricité s'ils ne sont plus subventionnés, faute de quoi les gens vont avoir de sérieuses difficultés. Finalement, le financement a été régulièrement augmenté, réformé, mais reste en vigueur. Et encore aujourd'hui se pose la question de revenir à une aide matérielle.
     
    Le recul de l'état et la corruption de la population
     
    Au-delà des buts à première vue louables affichés, la mesure semble surprenante à l'heure des plans d'austérité, de la sévérité budgétaire, de la course à la rentabilité. Plus que surprenant. Car soi l'état veut faire des économies, soi il veut aider la population, les deux voies ne peuvent être concommittantes.
     
    Ce n'est pas l'état providence réalisé, mais le néo-libéralisme incarné dont il s'agit en réalité. Car, cette démarche entraîne obligatoirement le recul de l'état. L'individu roi est laissé face à lui-même. Combien coûtent réellement l'enseignement, les hospitalisations, les médicaments, les transports? Quelques centaines d'euros permettront juste de survivre. Mais c'est toujours attrayant de dire; vous aurez de l'argent matériel entre vos mains, les billets vous pourrez les palper, et vous serez maître de les utiliser comme bon vous semble. C'est attrayant, mais c'est faux, car les gens à revenus limités vont économiser sur les frais de santé, sur les examens etc. Nous allons alors vers une société qui risque de fortement se différencier, de tuer la classe moyenne qui est le ciment social.
     
    Cette réforme aussi tombe merveilleusement bien au moment des discussions autour du traité transatlantique et de la privatisation des services publics. 
    "Les services publics de l’eau, de l’éducation, de la santé, des transports, mais aussi l’échange sans restriction de données. Tout est sur la table du nouvel accord commercial que négocient dans le plus grand secret, les Etats-Unis, l’Union européenne et une vingtaine d’autres Etats depuis deux ans dans les locaux de l’ambassade d’Australie à Genève.
    La négociation porte sur le commerce des services et vise notamment une vaste libéralisation des services publics. Les tractations de cet Accord sur le commerce des services (ACS en français, Trade In Services Agreement en anglais) devaient rester secrètes « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations en cas d’échec."
    Et cela concerne justement les services pour lesquels il est question de retirer les aides sociales et de la monétariser, comme en Russie finalement. Ainsi on peut privatiser les services, c'est-à-dire les vendre aux entreprises. Mais sont-ils rentables? Peu importe, ils le deviendront, simplement parce qu'il ne sera plus question d'intérêt général. Il suffit de voir les problèmes de la poste et des chemins de fer privatisés en Angleterre pour apprécier le dégrè de prise en compte de l'intérêt social.

    Ici se posent encore quelques questions. Où en sommes nous avec la réduction des déficits publics? Soit ce n'est plus grave, car il existe un impératif idéologique plus important et que les déficits finalement affaiblissent l'état ce qui n'est pas si mauvais, soit il faut lutter contre leur aggravation et la compensation financière ne peut être trop importante. 

    Ensuite, quid de la productivité? On appréciera à ce sujet le fait que l'idée réapparaissent maintenant, en pleine arrivée massive de populations étrangères en Europe. Car si les "nationaux" ont le droit de ne plus vouloir travailler, on fait place neuve pour des populations peu formées, certes, mais payées pas cher. Comme le dit le FMI, il faut intégrer rapidement les populations immigrées sur le marché du travail. On vend ainsi le dumping social.
     
    Le fait que cela aille totalement à l'encontre de la conception du réfugié, qui n'est là qu'en attendant de rentrer chez lui, ne semble pas déranger. Nous sommes donc bien face à une immigration de masse, qui n'a rien à voir avec l'urgence de prendre en charge des réfugiés en danger.
     
    Enfin, sur le plan personnel, l'individu est censé mieux se réaliser lorsqu'il n'a plus aucune obligation ni contrainte ni peur. Je ne sais pas où cette explication a été trouvée, elle est plus que surprenante. Chacun a toujours besoin de stimuli pour se réaliser, il faut dépasser des obstacles pour avancer et pas se fragiliser entre un thé bien chaud et une réflexion profonde, longue et languissante sur le but de la vie.
     
    Le seul endroit où les êtres humains n'auront absolument aucun obstacle à surmonter, n'auront jamais besoin de se dépasser, où la température sera toujours la même, où aujourd'hui ressemblera à demain, c'est à la morgue.
     

    votre commentaire
  • Lettre urgente à votre banquier :

    le Bail In !

     

    Lettre urgente à votre banquier : le Bail In !

     

    Voici un texte de lettre recommandée avec accusé de réception à envoyer de toute urgence à votre banquier, si possible au siège et au Président, sans oublier de mettre en copie : votre député,  Michel Sapin, Emmanuel Macron et Michel Barnier qui sont concernés au premier titre .

    Monsieur le Président ,

    La nouvelle Loi de protection bancaire appelée Bail in, entrée en application dans les 28 Pays européens depuis le 1er Janvier 2016 permet aux banques d’opérer des ponctions sur les dépôts clients en cas de difficultés financières causées par les erreursarrow-10x10.png répétées de sa Direction ou par les risques dits « systémiques » .

    En conséquence, je vous demande, en tant que client susceptible d’être concerné par cette nouvelle loi, de procéder immédiatement à une Assemblée Générale Extraordinaire pour régulariser le statut juridique  de la banque, le mettre  en conformité avec cette réglementation et la transformer en Société Coopérative puisque désormais les clients sont responsables sur leurs biens  propres des risques encourus.

    Ces nouveaux statuts transformeront donc les clients en sociétaires, les rendant  parties prenantes à la gestion de la banque, aux décisions de versement des dividendes , ce qui parait logique si les clients sont appelés en compensation  des pertes  à travers leurs dépôts, ils doivent aussi pouvoir en  partager les succès pour une simple question d’équité. Cela leur permettra également, comme tout actionnaire, d’avoir un contrôle sur la gestion même de la banque, ses décisions d’investissement ou de titrisation, ses stratégies etc..  et ainsi de minimiser les risques pouvant aboutir à des faillites bancaires dont ils seront les victimes du fait de cette nouvelle loi de protection bancaire.

    Cela permettra de plus de simplifier et de clarifier les accords de Bale III  puisque les ratios bancaires devront intégrer les dépôts clients  dans les critères de solvabilité .

    Le montant des dépôts concernés ayant été fixé de manière totalement arbitraire, et les organismes de couverture n’étant pas encore opérationnels, en tant que client, je suis donc concerné au premier titre par les implications de ces modifications de la réglementation bancaire  et vous demande donc d’organiser rapidement ces changements statutaires impératifs, de manière à ce que les nouvelles formes juridiques soient plus équitables et plus conformes à « notre Esprit des Lois ». Chaque client de la Banque devenant ainsi Sociétaire/Actionnaire. Il faudra donc recalculer les parts en fonction de ces changements statutaires.

    J’attends de votre part, en tant que client, la convocation à cette Assemblée générale Extraordinaire,  qui nous montrera l’intérêt que vous portez à vos clients sociétaires et le soin que vous apportez à répondre à leurs demandes  ..

    En vous remerciant par avance de votre diligence, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes plus sincères salutations !!!

    Règles du Bail In entrées en vigueur en 2016 

    Accords de Bale III

    lucie couvreur

    source: https://blogs.mediapart.fr/lucie-couvreur/blog/260116/lettre-urgente-votre-banquier-le-bail

    http://reseauinternational.net/lettre-urgente-a-votre-banquier-le-bail-in/

     

     


    votre commentaire
  • alimentation-animaux

    Les déchets de l’industrie agro-alimentaire, source de profits

    Alors que nous nous rendons au supermarché en pensant acheter de bons aliments pour nos petits amis, des repas complets et équilibrés vantés par une publicité très attractive, il n’en est rien. Très peu de gens savent ce qu’ils achètent réellement pour leur chien ou leur chat.


    La composition de ces boites nous laisse volontairement dans un flou artistique indéniable : « viande et sous-produits de viande (minimum 4% de canard et minimum 4% de dinde), extraits de protéines végétales, poisson et sous-produits de poisson, céréales, minéraux, sucre, additifs… » Mais d’où proviennent ces aliments ? Que signifient réellement les termes « viande et sous produits, extraits, céréales, additifs… » ? Forevergreen à mené sa petite enquête sur un marché qui pèse chaque année environ 35 milliards d’USD au niveau mondial.

    Les différentes usines produisant des croquettes et autres aliments pour animaux de compagnie ont comme objectif principal de valoriser, par des profits financiers, les différents déchets de l’ensemble de l’industrie agro-alimentaire humaine. Dans cette approche de nature purement financière, l’aspect de la santé est relégué au second plan et n’a, par conséquent, plus d’intérêt. Les ingrédients ne pouvant plus servir à la consommation humaine prennent ainsi le chemin de l’alimentation de nos animaux de compagnie. Les sources d’approvisionnement sont pour ainsi dire inépuisables et d’autres vont encore être découvertes. Il n’est donc absolument pas étonnant que toutes les grandes marques soient aux mains de grandes sociétés multinationales.

    Animaux malades et viande avariée

    La partie carnée, généralement sous la forme de farine de viandes, dont la provenance est occultée, ainsi que les graisses animales entrant dans la composition des croquettes et des boîtes, sont achetées auprès de sociétés d’équarrissage : animaux de fermes malades ayant été traités par des médicaments divers dont des antibiotiques, euthanasiés pour des raisons diverses ou encore en putréfaction. On peut également y retrouver des aliments périmés provenant de différentes grandes surfaces. Pour ne pas perdre de temps, certaines sociétés d’équarrissage ne prennent même pas la peine d’enlever les emballages, souvent sous forme de différentes matières plastiques. Dans certains pays, des chiens et chats, euthanasiés par des vétérinaires, peuvent prendre le chemin de l’équarrissage pour être transformés en farine de viande et en graisse animale.

    Becs, plumes, pattes, excréments de volailles ou sabots, peaux, urines, glandes mammaires, tumeurs, matières fécales sont des parties intégrantes des farines de viandes.

    Déchets végétaux : maladies et allergies

    Dans l’ensemble, la grande partie de la composition des croquettes et des boites est formée de céréales et déchets végétaux variés provenant des différentes usines de transformation. Les céréales contenues dans la nourriture animale industrielle sont des lots déclassés pour la consommation humaine, par exemple à cause de mauvaises conditions de stockage (humidité, moisissures). Ces céréales impropres  à la consommation peuvent provoquer des maladies chez l’animal comme la mycotoxicose (intoxication alimentaire par des mycoses), potentiellement mortelle. Les différents déchets végétaux sont par exemple :

    Les glutens sous différentes formes, qui sont des résidus provenant de minoteries particulièrement indigestes. Ces mêmes glutens sont impliqués dans des allergies alimentaires, insuffisances rénales…

    Les farines de soja transgéniques, obtenues après extraction d’huiles souvent rances comme apport intéressant en protéines.

    La cellulose, un ingrédient d’après les fabricants particulièrement digeste qui n’est autre qu’un déchet encombrant et inépuisable en provenance des scieries.

    Par ailleurs, la façon dont sont préparés les aliments détériore absolument toutes les vitamines des matières premières utilisées, au final rajoutées de façon synthétique. N’oublions pas non plus la dose de colorants chimiques intégrés pour leurrer les propriétaires d’animaux sur la qualité de la nourriture.


    Des substances à scandale

    Outre ces « aliments »révoltants que les industriels n’hésitent pas à faire entrer dans la composition des croquettes et des boites de nos animaux, de nombreux scandales démontrent l’addition d’autres substances. Parmi celles-ci, nous pouvons trouver de la mélamine (substance provenant du plastique) utilisée de façon frauduleuse afin d’augmenter le taux de protéines brut dans la nourriture pour animaux, du BHT, conservateur très controversé à cause de ses propriétés cancérigènes, ou bien encore de la mort au rat… Toutes ces substances ont provoqué la mort de milliers de chiens et de chats dans le monde.

    Il parait évident que la nourriture industrielle pour animaux de compagnie n’est rien d’autre que du poison. Impliquée dans de nombreuses maladies, elle altère la santé et la longévité de nos amis. Elle est aussi souvent la cause des mauvaises odeurs du pelage, de l’haleine ou des matières fécales. Il faut donc éviter à tout prix ce type d’alimentation au profit d’une alimentation saine et équilibrée adaptée à l’animal.

    Des alternatives naturelles

    Voici quelques alternatives à la nourriture industrielle pour animaux:

    Si vous n’avez pas beaucoup de temps pour cuisiner vous-même de bons petits plats, vous pouvez trouver aujourd’hui des aliments préparés avec des matières premières de haute qualité, qui  ne contiennent aucun sous-produits animaux, comme ceux que propose la marque suédoise Husse. Cette marque tient comme ligne de conduite que tous les ingrédients entrant dans la composition des produits soient propres à la consommation humaine. Elle propose également des litières et des produits de phytothérapie et d’aromathérapie. Retrouvez tous les produits Husse sur www.husse.fr.

    Vous pouvez également vous tourner vers une alimentation naturelle biologique, comme les produits Almonature, parfaitement équilibrés que vous pouvez trouver sur le site www.albertlechien.fr.

    L’idéal reste évidemment de cuisiner vous-même la nourriture de votre animal favori. Cela évitera l’adjonction de vitamines et de nutriments essentiels synthétiques, moins assimilables par l’organisme que les naturels. Pour cela, il est préférable de privilégier comme base des légumes et des céréales biologiques, dans lesquelles vous rajouterez de la viande crue. La base même de cette alimentation est meilleure crue pour bénéficier de tous les apports nutritifs essentiels à la bonne santé de votre animal. Vous pouvez trouver de nombreuses informations et conseils nutritionnels sur les différents types d’aliments à intégrer sur le site www.b-a-r-f.com.

    Source : Forever Green

     

    http://www.sante-nutrition.org/la-nourriture-industrielle-pour-animaux-un-vrai-scandale/

     


    votre commentaire
  •  

    Vous pouvez les manger même s'ils sont périmés

     


    votre commentaire