•  

    Les Grecs vont maintenant pouvoir constater que Syriza est un parti-leurre, promu par l’oligarchie pour maintenir la domination euro-atlantiste sur la Grèce.


    Alexis TSIRPAS, Martin SCHULZ - EP President

     

    Comme prévu, annoncé, promu et organisé par l’oligarchie, le parti « Syriza » est arrivé en tête des élections législatives qui se sont tenues en Grèce le 25 janvier 2015. L’affaire a été rondement menée puisque, moins de 20 heures après la fin du scrutin, le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, a déjà prêté serment comme nouveau Premier ministre grec.

    Cette victoire ne peut surprendre que ceux qui n’avaient pas remarqué l’écrasante promotion médiatique – en Grèce et à l’étranger – que tous les grands médias euro-atlantistes ont généreusement accordée, depuis des mois, à cette gauche prétendument « radicale » et « anti-austérité ».


    La nomination de M. Tsipras à la tête du gouvernement d’Athènes a de quoi faire pleurer de rire les organisateurs de cette manipulation, qui sont encore parvenus, par le matraquage médiatique, à faire prendre aux électeurs grecs des vessies pour des lanternes.


    L’UPR rappelle en effet que le dirigeant de Syriza ne propose absolument pas aux Grecs, ni de sortir de l’UE ni de sortir de l’euro, et ne propose donc aucune issue crédible à la mise en coupe réglée de la Grèce qui découlent des contraintes des traités européens et des exigences de la BCE.


    M. Tsipras a bien au contraire donné tous les gages nécessaires à l’oligarchie euro-atlantiste pour l’assurer d caractère totalement inoffensif de ses slogans :

    • il s’est rendu aux États-Unis en janvier 2013 pour y être reçu avec tous les honneurs, le 22 janvier, par la Brookings Institution, dont les principaux financiers sont les Fondations Ford, Mac Arthur et Bill Gates, Bank of America, ExxonMobil, ainsi que les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, du Japon, du Qatar.Devant le public ainsi réuni à Washington, le chef de Syriza a conclu sa présentation en lançant « J’espère vous avoir convaincu que je ne suis pas aussi dangereux que certains le pensent ». http://www.wsws.org/en/articles/2013/01/26/tsip-j26.html. Selon certaines sources, ce voyage aurait été entièrement pris en charge par le milliardaire George Soros (http://hellasfrappe.blogspot.fr/2013/02/busted-soros-funded-tsipras-trip-to-us.html )
    • il a profité de ce séjour outre-Atlantique pour aller subir les interrogatoires du FMI et du Département d’État américain, auxquels il a montré patte blanche.
    • etc.

    L’UPR constate donc, sans surprise mais avec tristesse, que les Grecs viennent d’être victimes des habituelles manipulations médiatiques que les forces euro-atlantistes imposent à chaque élection, afin de déjouer toute remise en cause réelle de leur dictature.


    Dans chaque pays d’Europe, des politiciens combinards et retors sont présentés aux électeurs, par les médias les plus importants tous à l’unisson, comme étant des opposants « radicaux » aux politiques imposées par l’Union européenne, alors qu’il ne s’agit que de banals leurres « alter-européistes », champions du double-discours, chargés de neutraliser la colère des peuples en leur faisant miroiter de fausses solutions.

     

    De nombreux électeurs grecs viennent ainsi de croire que M. Tsipras allait leur permettre de rester dans l’euro tout en échappant à l’austérité, au chômage et à la pauvreté de masse.


    De nombreux électeurs français avaient été dupés de la même façon lorsqu’ils avaient porté au pouvoir :

    • Lionel Jospin en 1997 parce qu’il leur avait promis qu’il renégocierait les critères du traité de Maastricht…
    • Nicolas Sarkozy en 2007 parce qu’il leur avait promis qu’il allait faire baisser le chômage et la dette publique…
    • François Hollande en 2012 parce qu’il leur avait promis de renégocier le TSCG signé par Nicolas Sarkozy et leur avait assuré que « Mon ennemi, c’est la finance »….

    C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner que les médias et les partis politiques français ont accueilli avec déférence et empressement la victoire de M. Tsipras, décrit comme la nouvelle terreur qui va faire trembler l’Union européenne.

     

    L’UPR note que le Front de Gauche et le FN ont tout spécialement manifesté leur soutien à Syriza (en gardant délibérément le silence sur les partis politiques grecs – qui existent pourtant bel et bien – demandant la sortie unilatérale de la Grèce de l’Union européenne et de l’euro). Entre leurres français et grecs, on se comprend et on se soutient.

     

    Quoi qu’il en soit, les mois qui viennent seront l’occasion, pour le peuple grec, de découvrir l’ampleur de l’escroquerie politique dont ils viennent de nouveau d’être les victimes.


    Lorsque les flonflons du cirque médiatique se seront éteints, ils se rendront compte que l’élection de M. Tsipras :

    • ne modifie pas le moindre article des traités TUE et TFUE,
    • n’infléchit pas la moindre décision de la Commission européenne et de la BCE,
    • ne change pas d’un iota la politique économique et monétaire voulue par les gouvernements de l’Allemagne, de la Finlande, des Pays-Bas et du Luxembourg,
    • ne remédie en rien à la totale inadéquation de l’économie, du tissu industriel, et du corps social grecs à l’euro,
    • n’arrête en rien la diplomatie guerrière que Washington impose à l’UE vis-à-vis de la Russie et du reste du monde.

     

    A lire aussi....


    « Assouplissement quantitatif » de la BCE : Que va faire l’Allemagne – par Vincent Brousseau

    Débat sur Dailymotion entre François Asselineau UPR et Hélène Féo, tête de liste Île-de-France et vice-présidente des Fédéralistes Européens

     

     

    Publié par : http://www.upr.fr

     

    Les Grecs vont maintenant pouvoir constater que Syriza est un parti-leurre

     

     

     

    Autres opinions, contrastées :

     

    Blog gaulliste libre: Merci aux Grecs et à Syriza d'avoir ..

     

    L'extrême «gauche» menace les ouvriers grecs ! | Les 7 du ... 

    www.les7duquebec.com/.../lextreme-gauche-menace-les-ouvriers-grecs/
    Il y a 3 jours - Doit-on se réjouir, ou doit-on pleurer, du drame épique qui se complique dans la République hellénique ? Voici comment la gauche ...

     

     

    L'actualité

     

    Après l’attentat de Charlie Hebdo, la France annonce une loi antiterroriste draconienne

     

    L'apologie à la sauce Hollande : La liberté d'expression ... 

    lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/.../l-apologie-a-la-sauce-hollande-...
    27/01/2015. L'apologie à la sauce Hollande : La liberté d'expression menacée. Amnesty International a eu raison de publier un communiqué pour dénoncer les<wbr> ...

    §§§§

     

     

    Sur mon blog,

     

    " l'école 'Charlie' "

     

    Pensée Unique totalitaire, ou liberté au risque de l'accusation de "conspirationnisme" ?

     

     

    Ce qui nous attend :

     

     

     

    Complot mondial contre la santé

     

    la vidéo ici :

    https://www.facebook.com/video.php?v=10152533144489145

     

    Une video qui devrait faire le Buzz! Merci d'avance ;)

    Affichez la suite .. ;)

    Traité Transatlantique, Codex Alimentarius, Ogm, Cartels, OMS, Malbouffe, E...

     

     


    Affichez la suite .. émoticône wink

    Traité Transatlantique, Codex Alimentarius, Ogm, Cartels, OMS, Malbouffe, Elevages, Hormones, Additifs, Vaccins, Etat de la merdecine .. complot? ... Claire Séverac interviewée par Martial Bild et Elise Blaise, denonce.
     
    Elle est l'auteur du livre "Complot mondial contre la santé"
    Son site, Rebellion : ... Afficher la suite
    .
    .
    .
    Lire aussi :

    « Une immense entreprise à se foutre du monde ! » 

    votre commentaire
  • ,

    Le dernier Charlie-Hebdo est une déclaration de guerre

     

     

    dernier_CH.png

    LE YETI :

     

    Bravo, le dernier Charlie-Hebdo a écoulé 700 000 exemplaires en quelques heures sur le territoire français… et aura réussi la gageure de ressouder tout le monde musulman — modérés compris — contre nous.


    Du gouvernement iranien au grand mufti de Jérusalem, en passant par le Sénégal, l’Égypte ou la Turquie (dont le chef d’État Erdogan paradait pourtant aux côtés de François Hollande lors de la grande manifestation pas vraimentblack-blanc-beur du 11 janvier), la condamnation est générale.


    Pendant ce temps, unanimes, au nom de “l’esprit du 11 janvier”, les parlementaires français applaudissaient debout le discours martial d’un Manuel Valls préparant le terrain à un Patriot Act bien de chez nous. Christian Jacob, élu UMP, allait même jusqu’à intimer, sans doute au nom de la liberté d’expression et sans trop de contradicteurs, de « restreindre les libertés publiques et individuelles de certains ».


    Il en est hélas ainsi de chaque épisode critique de notre histoire. Tout se met implacablement en place pour la grande déflagration.

     

    De part et d’autre, les esprits se crispent, l’hystérie et l’immaturité prennent le pas sur la raison. Malheur aux quelques rares qui voudraient encore se mettre en travers de cet engrenage terrifiant de bêtise. Et quelle victoire éclatante pour les va-t-en-guerre fous furieux des deux camps.

     

     

    Ce contenu a été publié dans 7-de-lhexagone par Le Yeti, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

     

     

     

    .

     

     

    .

     

    Mise en ligne le 6 nov. 2011

    Ozon dénonce les les bobos et les tartuffes de Charlie Hebdo.

     

     

     

     

     

     

    Jean Bricmont répond à Charlie Hebdo : "C'est l'extrême gauche de l'extrême droite"

     

    Ajoutée le 13 août 2012

     

     

    Jean Bricmont a été, comme d'autres intellectuels et militants comme Michel Collon, calomnié lors d'un article intitulé "Les soutiens bruns à Assad" paru dans le numéro du 8 août de Charlie Hebdo. Il répond aux accusations fallacieuses dont il fait l'objet et déconstruit l'idéologie qui se trouve derrière Charlie Hebdo ainsi que la "gauche" autoproclamée en général.

    Voir la lettre de Maxime Vivas lui aussi calomnié :
    http://bernard-gensane.over-blog.com/...

    Plus d'info ici :
    http://www.cercledesvolontaires.fr

     

     

    .

    Pour Hollande le gouvernement « INVENTE » des terroristes (2009)

     

     

    .

    ..

    La face cachée de François Hollande

     

    ..

     

      .

    Norman Finkelstein : Charlie Hebdo n’est pas satirique, il est sadique  


     
    Lundi 19 janvier 2015



    Dans cet article, Norman Finkelstein fait des rappels historiques et éthiques fondamentaux, mais impensables dans une scène médiatique française encrassée d'aveuglement, d'ignorance et de lâcheté (cf. cet échantillon, qui veut notamment nous faire croire que la France est plus libérale que les Etats-Unis en matière de liberté d'expression). La France en est réduite à recevoir d'Outre-Atlantique des leçons indispensables sur sa propre histoire.






    Norman Finkelstein, Professeur de science politique de renommée mondiale déclare qu’il n’éprouve « aucune sympathie » pour le personnel de Charlie Hebdo
     

    Par Mustafa Caglayan, pour Anadolu Agency  

    NEW YORK


    Dans l’Allemagne nazie, il y avait un journal hebdomadaire antisémite appelé Der Stürmer.

    Dirigé par Julius Streicher, il était réputé comme l’un des défenseurs les plus virulents de la persécution des Juifs pendant les années 1930.

    Tout le monde se souvient des caricatures morbides de Der Stürmer sur les Juifs, le peuple qui était alors confronté à une discrimination et à une persécution généralisées.

    Ses représentations validaient tous les stéréotypes communs sur les Juifs – nez crochu, avarice, avidité.

    « Imaginons qu’au milieu de toute cette mort et de toute cette destruction, deux jeunes juifs aient fait irruption dans le siège de la rédaction de Der Stürmer, et qu’ils aient tué tout le personnel qui les avait humiliés, dégradés, avilis, insultés », se demande Norman Finkelstein, un professeur de sciences politiques et auteur de nombreux ouvrages dont L’industrie de l’Holocauste. Réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs et Méthode et démence [consacré aux agressions israéliennes contre Gaza].

    « Comment réagirais-je à cela ? » se demanda Finkelstein, qui est le fils de survivants de l’Holocauste.

    Finkelstein dressait ainsi une analogie entre une attaque hypothétique contre le journal allemand et l’attaque mortelle du 7 janvier au siège parisien du magazine satirique Charlie Hebdo qui a causé la mort de 12 personnes, dont son éditeur et ses principaux dessinateurs. L’hebdomadaire est réputé pour sa publication de contenus controversés, y compris des caricatures dégradantes sur le prophète Mahomet en 2006 et en 2012.

    L’attaque a déclenché un énorme tollé mondial, avec des millions de personnes en France et dans le monde qui ont défilé dans les rues pour soutenir la liberté de la presse derrière le cri de ralliement « Je suis Charlie » ou « I am Charlie ».

    Ce que les caricatures du Prophète Mahomet par Charlie Hebdo ont réalisé « n’est pas de la satire », et ce qu’ils ont soulevé n’était pas des « idées », a soutenu Finkelstein.

    La satire authentique est exercée soit contre nous-mêmes, afin d’amener notre communauté à réfléchir à deux fois à ses actes et à ses paroles, soit contre des personnes qui ont du pouvoir et des privilèges, a-t-il affirmé.

    « Mais lorsque des gens sont misérables et abattus, désespérés, sans ressources, et que vous vous moquez d’eux, lorsque vous vous moquez d’une personne sans-abri, ce n’est pas de la satire », a affirmé Finkelstein.

    « Ce n’est rien d’autre que du sadisme. Il y a une très grande différence entre la satire et le sadisme. Charlie Hebdo, c’est du sadisme. Ce n’est pas de la satire. »

    La « communauté désespérée et méprisée » d’aujourd’hui, ce sont les musulmans, a-t-il déclaré, évoquant le grand nombre de pays musulmans en proie à la mort et à la destruction, comme c’est le cas en Syrie, en Irak, à Gaza, au Pakistan, en Afghanistan et au Yémen.

    « Donc deux jeunes hommes désespérés expriment leur désespoir contre cette pornographie politique qui n’est guère différente de celle de Der Stürmer, qui, au milieu de toute cette mort et de toute cette destruction, a décrété qu’il était en quelque sorte noble de dégrader, d’avilir, d’humilier et d’insulter les membres de cette communauté. Je suis désolé, c’est peut-être très politiquement incorrect de dire cela, mais je n’ai aucune sympathie pour [le personnel de Charlie Hebdo]. Est-ce qu’il fallait les tuer ? Bien sûr que non. Mais bien sûr, Streicher n’aurait pas dû être pendu. Je ne l’ai pas entendu dire par beaucoup de personnes », a déclaré Finkelstein.

    Streicher fut l’un de ceux qui furent accusés et jugés au procès de Nuremberg, après la Seconde Guerre mondiale. Il a été pendu pour ses caricatures.

    Finkelstein a également fait référence au fait que certaines personnes soutiendront qu’elles ont le droit de se moquer de tout le monde, même des gens désespérés et démunis, et elles ont probablement ce droit, a-t-il concédé. « Mais vous avez aussi le droit de dire : ‘Je ne veux pas publier ça dans mon journal…’ Lorsque vous le publiez, vous en prenez la responsabilité. »

    Finkelstein a comparé les caricatures controversées de Charlie Hebdo à la doctrine des « propos incendiaires », une catégorie de propos passibles de poursuites dans la jurisprudence américaine.

    Cette doctrine se réfère à certains propos qui entraîneraient probablement la personne contre qui ils sont dirigés à commettre un acte de violence. C’est une catégorie de propos qui n’est pas protégée par le Premier Amendement.

    « Vous n’avez pas le droit de prononcer des propos incendiaires, parce qu’ils sont l’équivalent d’une gifle sur le visage, et ça revient à chercher des ennuis », a déclaré Finkelstein.

    « Eh bien, est-ce que les caricatures de Charlie Hebdo sont l’équivalent des propos incendiaires ? Ils appellent cela de la satire. Ce n’est pas de la satire. Ce ne sont que des épithètes, il n’y a rien de drôle là-dedans. Si vous trouvez ça drôle, alors représenter des Juifs avec des grosses lèvres et un nez crochu est également drôle. »

    Finkelstein a souligné les contradictions dans la perception occidentale de la liberté de la presse en donnant l’exemple du magazine pornographique Hustler, dont l’éditeur, Larry Flynt, a été abattu et laissé paralysé en 1978 par un tueur en série suprématiste blanc, car il avait publié des illustrations de sexe interracial.
    « Je n’ai pas le souvenir que tout le monde l’ait glorifié par le slogan « Nous sommes Larry Flynt » ou « Nous sommes Hustler », a-t-il souligné. Est-ce qu’il méritait d’être attaqué ? Bien sûr que non. Mais personne n’a soudainement transformé cet événement en un quelconque principe politique. »

    L’adhésion occidentale aux caricatures de Charlie Hebdo est due au fait que les dessins visaient et ridiculisaient les musulmans, a-t-il affirmé.

    Le fait que les Français décrivent les musulmans comme des barbares est hypocrite au regard des meurtres de milliers de personnes durant l’occupation coloniale française de l’Algérie, et de la réaction de l’opinion publique française à la guerre d’Algérie de 1954 à 1962, selon Finkelstein.

    La première manifestation de masse à Paris contre la guerre « n’a eu lieu qu’en 1960, deux ans avant la fin de la guerre », a-t-il rappelé. « Tout le monde soutenait la guerre française annihilatrice en Algérie. »

    Il rappela que l’appartement du philosophe français Jean Paul Sartre a été bombardé à deux reprises, en 1961 et en 1962, ainsi que les bureaux de son magazine, Les Temps Modernes, après qu’il se soit déclaré absolument opposé à la guerre.

    Finkelstein, qui a été décrit comme un « Radical Américain », a déclaré que les prétentions occidentales sur le code vestimentaire musulman révèlent une contradiction remarquable lorsqu’on les compare à l’attitude de l’Occident envers les indigènes sur les terres qu’ils occupaient durant la période coloniale.

    « Lorsque les Européens sont arrivés en Amérique du Nord, ce qu’ils ont déclaré à propos des Amérindiens, c’est qu’ils étaient vraiment barbares, parce qu’ils marchaient tout nus. Les femmes européennes portaient alors trois couches de vêtements. Puis ils sont venus en Amérique du Nord, et ont décrété que les Amérindiens étaient arriérés parce qu’ils marchaient tous nus. Et maintenant, nous marchons tout nus, et nous proclamons que les musulmans sont arriérés parce qu’ils portent tant de vêtements », a-t-il affirmé.
    « Pouvez-vous imaginer quelque chose de plus barbare que cela ? Exclure les femmes qui portent le voile ? », a-t-il demandé, faisant référence à l’interdiction du voile dans les emplois de service public français promulguée en 2004.

    Les travaux de Finkelstein, accusant les Juifs d’exploiter la mémoire de l’Holocauste à des fins politiques et dénonçant Israël pour son oppression des Palestiniens, ont fait de lui une figure controversée même au sein de la communauté juive.

    Sa nomination en tant que Professeur à l’Université De Paul en 2007 a été annulée après une querelle très médiatisée avec son collègue académique Alan Dershowitz, un ardent défenseur d’Israël. Dershowitz aurait fait pression sur l’administration de De Paul, une université catholique de Chicago, afin d’empêcher sa nomination. Finkelstein, qui enseigne actuellement à l’Université de Sakarya en Turquie, affirme que cette décision fut fondée sur des « motifs politiques transparents. »
    Voir également : 

    Norman Finkelstein réagit à l’affaire « Charlie Hebdo » : « Je suis… Gaza ! »
    Norman G.Finkelstein, de la culpabilité en politique
    Le spectaculaire échec médiatique à propos de Charlie Hebdo
    Terrorisme « islamiste » : à qui la faute ?
    .

    .

    Et pendant ce temps silence mondal sur tous les journalistes assassinés par Israël à Gaza ! Ignoble deux poids deux mesures...

     

    Charlie-Hebdo-silence-Presse-tuee-par-I.jpg


    votre commentaire
  • ,

    Nigéria : Boko Haram est une création de la CIA !

     

    ,

    Boko Haram : groupe terroriste nigérian créé par la CIA !Boko Haram : groupe terroriste nigérian créé par la CIA !

     

     

    Keith Harmon Snow, journaliste indépendant, affirme (et il a raison, note d'eva, et la France l'arme !) que le groupe takfiri nigérian Boko Haram a été créé par les États-Unis : « Boko Haram est une création de la CIA. Il a été créé par des agents de renseignement soutenus et armés par des factions connectées aux États-Unis, grâce à l'Arabie saoudite », tous deux aux ordres du sionisme et de ses lobbies.

     


    Fondée en 2002, l’organisation terroriste vise tout particulièrement les étudiants et les Chrétiens. On se souvient de l’enlèvement de 276 étudiantes le 14 avril 2014, dont 219 sont toujours portées disparues ! La tragédie puis l’opération « Bring back our girls » (Rendez-nous nos filles) avaient attiré l’attention de la communauté internationale.

    Boko Haram a les mêmes géniteurs que « l’Etat islamique » en Syrie et en Irak : le wahhabisme et l’empire américano-sioniste… En créant ce monstre, les Etats-Unis contribuent directement à la déstabilisation du pays le plus peuplé d’Afrique, ils se donnent alors, un chèque en blanc pour déployer leurs troupes au Nigéria, au nom de la lutte contre le terrorisme.


    Le mode opératoire a été bien rodé en Syrie, en Iraq, en Afghanistan et en Libye : quelques agitateurs surarmés et bien payés vont exécuter les ordres transmis par la CIA. Ils s’arrangent pour choisir le moment ou l’endroit qui marqueront les esprits Occidentaux. En effet, les dates choisies sont parlantes pour l’Occident chrétien : la veille de la Toussaint à Bagdad (Irak, 2010), la veille du nouvel an (Egypte, 2010), à Noël (Nigéria, 2011) ou à Pâques (Nigéria, 2014). 


    Avec la complicité des médias, le sionisme poursuit sa campagne anti-Islam. Dans le cadre d’une campagne islamophobe, qui bat son plein actuellement en Europe, il cherche en fait, à préparer les opinions à des affrontements. Ne voyant sa survie qu’à travers « le choc des civilisations » qui opposerait Chrétiens et Musulmans, le sionisme espère tirer profit du conflit pour exercer librement sa domination mondiale ! 


    Un tel scénario se produirait, bien-sûr, aux dépens des peuples américains et européens. C’est pourquoi, le Parti Anti Sioniste met en garde les Français, en particulier, de ne pas tomber dans le piège tendu par le sionisme, véritable responsable des tensions intercommunautaires, qui veut opposer Chrétiens et Musulmans.


     

    Par Yahia Gouasmi
    Président du Parti Anti Sioniste
    http://www.partiantisioniste.com/communications/nigeria-boko-haram-est-une-creation-de-la-cia-2185.html
    .
    .
    Sur ce site,


    Attaque contre Charlie Hebdo (Paris, 07/01/2015)Attaque contre Charlie Hebdo (Paris, 07/01/2015)Syrie & Charlie Hebdo : l’hypocrisie de l’élite politique occidentale encore et toujours…

    Par Mikhail Gamandiy-Egorov

     

     

    L’attaque terroriste contre le bureau parisien de l’hebdomadaire « satirique » Charlie Hebdo a démontré plusieurs choses. Tout d’abord que le terrorisme cela concerne absolument tout le monde, sans exceptions. Et qu’il peut frapper à tout moment et n’importe où.


    Le terrorisme ce n’est pas seulement en Syrie ou en Irak. L’Occident politique qui trop longtemps a non seulement sympathisé envers les terroristes wahhabites qui tuent, violent et massacrent au sein de grands centres civilisationnels que sont la Syrie et l’Irak, mais les a également activement soutenu (et soutient toujours), aujourd’hui malheureusement pour lui, en paie les frais.


    En effet, à l’heure où au Moyen-Orient, la digne nation syrienne, via son leader, son peuple et son armée, mène une lutte acharnée contre des extrémistes criminels sans éducation quelconque, les chefs d’Etats occidentaux, y compris européens, soutiennent ouvertement les mêmes barbares qui sont prêts à frapper à tout moment n’importe quelle nation, y compris ces mêmes pays occidentaux, dont bien souvent ces barbares sont citoyens, y compris ceux de souche.


    Pourquoi n’avoir pas soutenu dès le début de la crise syrienne le gouvernement légitime de Damas et ne l’avoir pas aidé à en finir avec la vermine terroriste ? Pourquoi ne pas avoir à l’instar de la Russie, de la Chine et de l’Iran, cherché à résoudre la crise par des moyens diplomatiques et non pas par des menaces d’attaque armée à l’encontre du gouvernement légitime syrien, soutenu par l’écrasante majorité des citoyens de la Syrie ? Pourquoi avoir laissé des délinquants et criminels en tout genre (dont bien nombreux sont leurs propres citoyens) se déplacer librement en Syrie pour commettre de véritables crimes contre l’humanité, aussi bien contre les militaires de l’Armée arabe syrienne, qu’à l’encontre de la population civile de la Syrie baathiste, multiethnique et multiconfessionnelle, sans oublier les massacres des journalistes, locaux comme étrangers ?


    Fait incroyable et pourtant vrai, les pseudo-spécialistes du monde occidental, et ce après tous les massacres barbares commis, poursuivent leur propagande de la folie. Lors de diverses discussions télévisées, y compris sur Euronews, en discutant de la politique à adopter à l’encontre des « jeunes gens » partis faire le « Djihad » en Syrie et en Irak, ils affirment sans vergogne qu’au lieu de parler des mesures punitives à l’encontre de ces jeunes terroristes, qu’il faut au contraire trouver la « bonne approche » afin de les faire « réintégrer » dans les sociétés européennes dont ils sont issus… Sans commentaire.


    Si ce n’est qu’il reste à espérer que l’Armée arabe syrienne avec ses alliés réussira à éradiquer massivement les parasites en question, afin que non seulement ces derniers ne puissent pas refaire leurs exactions sur les territoires de grandes civilisations arabes, mais également dans les pays de leur citoyenneté. Il serait peut-être aussi bon d’en finir avec la langue de bois et l’hypocrisie ambiante de l’Occident pour parler de « démocratie et des droits de l’homme en faveur » de la Syrie. Petit rappel à certains, la démocratie c’est la voix du peuple. La voix de la majorité. Et puisque le digne peuple syrien soutient en très grande majorité le président Bachar al-Assad, il serait peut-être temps d’apprendre à respecter le choix du peuple syrien, sa souveraineté et son indépendance. Bien que cela soit pratiquement inimaginable de la part des Obama, Cameron, Merkel, Hollande & Co. (notamment leurs « amis » d’Arabie Saoudite et du Qatar, des grands exemples de « démocratie », eux aussi).


    Pour revenir à Charlie Hebdo, le terrorisme reste le terrorisme. Et absolument rien ne peut le justifier. Bien que le média en lui-même ne représentait et ne représente pas grand-chose. Un « média » de pure provocation, certains diront même extrémiste, qui de par sa tradition a bien souvent insulté les croyances religieuses des gens, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Et à chaque mauvaise et encore plus mauvaise occasion, surtout lorsqu’il approchait la faillite pure et simple, il ne trouvait rien de mieux que de se faire de la publicité à travers des moyens ouvertement sales. Oui, c’est le mot juste. Et je dois vous avouer qu’entre des manifestations à l’occidental de soutien audit hebdomadaire ou des manifestations hyper-agressives dans certains pays musulmans contre ledit journal, je ne soutiens ni les uns, ni les autres. De loin, je préfère l’exemple de nos alliés brésiliens du BRICS qui ont organisé il y a quelques temps de cela une manifestation d’opposition aux « caricatures » extrémistes de Charlie Hebdo, ayant massivement réuni côte à côte catholiques et musulmans du Brésil, tout en exprimant leur ferme opposition à l’extrémisme et au terrorisme sous quelque forme que ce soit.


    Pour finir, nos sincères condoléances à toutes les victimes du terrorisme, en Syrie, en Irak, en Libye, au Mali, au Nigeria, au Cameroun, en France et partout dans le monde. Et nos vœux sincères pour les élites occidentales, en cette nouvelle année qui vient de débuter, d’ouvrir les yeux sur les conséquences de leur politique chaotique aussi bien au Moyen-Orient que dans leurs propres pays. C’est sûr que le sang des soldats et civils syriens représente bien peu, sinon rien, pour ces « élites » hypocrites, néanmoins lorsque le même mal frappe leurs propres citoyens, il serait peut-être temps de cesser de jouer aux pompiers pyromanes, qu’ils sont incontestablement.

     

     

    Source : La Voix de la Russie

    © www.partiantisioniste.com/actualites/2216

    votre commentaire
  • ,

    Charlie-Hebdo-logo-TB-manipuile.jpg

     

     

     

    Pardonnez-moi pour mon absence sur ce blog. Plusieurs événements sont intervenus, d'abord l'abominable saccage d'un de mes blogs (contre la désinformation) par Over-Blog (sans doute dérangeait-il trop), ou encore la décision de quitter une France qui devient hideuse, méconnaissable depuis qu'elle est colonisée :

    http://www.dailymotion.com/video/xyt8pb_le-drame-francais-c-est-aujourd-hui-un-pays-colonise-par-les-sionistes-r-sistons-video-16_news

    La plateforme over-blog doit être imposée, ou les blogs seront en quelque sorte "morts", c'est intolérable et je prépare une sortie d'OB comme de la France dénaturée, votre eva

    NB : Voici un excellent article, très argumenté

     

    Communiqué de presse


    . 

     

    L’UPR NE PARTICIPE PAS AUX MANIFESTATIONS DE RÉCUPÉRATION ORGANISÉES DIMANCHE 11 JANVIER PAR LES DIRIGEANTS EURO-ATLANTISTES, SOUS PRÉTEXTE DE « DÉMOCRATIE » ET DE « LIBERTÉ D’EXPRESSION ».

     

     

    Intervenant dans le climat d’émotion considérable suscité par les attentats qui viennent d’endeuiller notre pays, les manifestations qui seront organisées dimanche à travers toute la France sont présentées à l’opinion publique avec un objectif apparemment des plus nobles : rien moins que la défense de la « démocratie », de la « liberté d’expression » et même de la civilisation contre la barbarie.

    Qui oserait être contre ? Face à une présentation aussi intimidante, l’UPR comprend que de nombreux Français, peu regardants sur les organisateurs et indifférents aux manœuvres de récupération dont ils vont faire l’objet, puissent avoir envie d’y participer. Certains de nos adhérents et sympathisants peuvent aussi avoir envie de s’y joindre et notre mouvement les laisse libres de le faire ou pas, à titre individuel.

    Cependant, l’UPR est une organisation politique responsable, qui sait mettre de côté les réactions émotionnelles, impulsives et grégaires suscitées à dessein par les grands médias, pour analyser sereinement et clairement les tenants et aboutissants de cette opération.


    Après examen, l’UPR a décidé de ne participer, en tant que telle, à aucune de ces manifestations. Aucun des membres de notre Bureau National n’y participera non plus.


    Notre position découle du fait que ces manifestations visent à récupérer sans vergogne l’émotion légitime suscitée par les tueries dont la région parisienne a été le théâtre.


    Il s’agit d’une opération politicienne indécente, menée conjointement par François Hollande, pour tenter de remonter un peu dans les sondages, et par les forces euro-atlantistes, des deux côtés de l’Atlantique, pour tenter de redorer un peu le blason de la prétendue « construction européenne » en affichant un semblant d’unité.

    Il s’agit aussi de faire croire aux Français que les États-Unis et la France auraient une communauté de destins et partageraient un même combat suprême.

    • Les organisateurs de l’Élysée affirment vouloir faire de ces manifestations la marque d’une « union nationale » ?

    Mais ils ont pris le soin de préciser qu’ils interdisaient au Front National d’y participer, après que M. Hollande eut néanmoins aimablement reçu Mme Le Pen à l’Élysée.

    L’UPR, quant à elle, n’a reçu aucune invitation de la part du locataire de l’Élysée : nos 6 790 adhérents et nos 77 000 électeurs aux élections européennes sont considérés comme n’existant pas.

    L’objectif politicien et retors est parfaitement clair : faire croire aux Français que seul le FN serait un opposant au gouvernement. Ce qui sert à la fois les intérêts de la famille Le Pen, qui caresse le rêve d’être présente au second tour de l’élection présidentielle de 2017, et celui de François Hollande, qui caresse celui d’être réélu à coup sûr dans ce cas.

    • Les organisateurs affirment par ailleurs vouloir se battre pour la démocratie, la liberté d’expression et les libertés individuelles ?

    Mais ils sont les premiers à piétiner constamment ces valeurs, en imposant un « 2 poids – 2 mesures » permanent, notamment dans l’accès aux grands médias qui forment l’opinion publique.

    Ils sont aussi les premiers à prendre des mesures liberticides, en plaçant les Français sous une surveillance de plus en plus générale, inquisitoriale et oppressante, dont les événements ont d’ailleurs montré qu’elles n’empêchent en rien des assassinats épouvantables.


    L’UPR ne commencera à croire à la volonté du gouvernement et des européistes de faire respecter les principes démocratiques que lorsqu’ils auront décidé d’organiser un référendum sur le maintien de la France dans le traité de Lisbonne, traité qui fut ratifié par les parlementaires de l’UMP, du MODEM, de EELV et du PS, en violation des 55% de « Non » au référendum du 29 mai 2005 sur la Constitution européenne dont il est le copié-collé.


    L’UPR ne commencera à croire à la volonté du gouvernement et des européistes de faire respecter les principes démocratiques que lorsqu’ils auront décidé de soumettre au référendum le futur traité transatlantique TAFTA, actuellement imposé par Washington à ses vassaux européens dans le dos des peuples et contre leur volonté profonde.


    L’UPR ne commencera à croire à la volonté du gouvernement et des européistes de faire respecter les principes démocratiques que lorsque des débats, contradictoires, sérieux et approfondis, auront lieu aux heures de grande écoute sur les grands médias de notre pays, et avec l’UPR, sur toute une série de questions essentielles, de facto interdites actuellement d’antenne. Par exemple :

    • sur le coût budgétaire net de l’appartenance de la France à l’Union européenne ;
    • sur les avantages et les inconvénients d’une sortie unilatérale de l’euro par l’article 50 du Traité sur l’Union européenne ;
    • sur les avantages et les inconvénients d’une sortie unilatérale de l’UE par l’article 50 du Traité sur l’Union européenne ;
    • sur la sortie de l’OTAN par l’article 13 du Traité de l’Atlantique nord ;
    • sur l’origine exacte de la dette publique et sa légitimité ;
    • sur la politique française vis-à-vis de la Russie ;
    • sur le soutien de la France aux mouvements néo-nazis d’Ukraine et des pays baltes ;
    • sur l’appui logistique et financier apporté par l’OTAN et la France aux mouvements islamistes terroristes radicaux du Moyen Orient ;
    • sur le bilan en termes de morts, de destructions et de conséquences géopolitiques, des interventions de l’OTAN en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie ;
    • etc.

    L’UPR ne commencera à croire à la volonté du gouvernement et des européistes de faire respecter les principes démocratiques que lorsque l’UPR et ses 6 790 adhérents cesseront d’être sciemment occultés et auront un accès aux médias audiovisuels de grande diffusion – notamment publics –, proportionnel à l’ampleur prise par notre mouvement, et en particulier un accès supérieur à celui réservé à des formations politiques ayant beaucoup moins d’adhérents et recueillant des scores plus faibles dans les urnes.


    Par ailleurs, on a appris que la manifestation parisienne sera dirigée par François Hollande en personne, accompagné de plusieurs dirigeants européistes.

    Le président du Conseil européen (le Polonais Donald Tusk), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, la Chancelière allemande Mme Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron, le Président du Conseil italien Matteo Renzi, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils seraient en tête de cortège, de même que l’oligarque et homme d’affaires Petro Prochenko, devenu président de l’Ukraine suite au coup d’État organisé par Washington dans ce pays à l’automne 2013, et dont les soutiens politiques sont rien moins que des mouvements néo-nazis.


    L’UPR se refuse à manifester « pour la liberté d’expression » et « contre l’islamisme radical » en se rangeant derrière François Hollande, les dirigeants du PS et de l’UMP et les représentants de l’oligarchie euro-atlantiste, parce qu’ils portent tous une responsabilité écrasante, précisément dans la montée de l’islamisme radical dans l’ensemble du Moyen Orient, et par contrecoup en Europe.

    • Faut-il rappeler que la destruction du régime libyen, décidée sciemment par Nicolas Sarkozy, a eu pour conséquences la destruction d’un État stable et son remplacement par une situation d’anarchie, véritable foyer de purulence où prolifèrent tous les islamismes radicaux, qui sont en train de déstabiliser les pays du Maghreb et du Sahel ?
    • Faut-il rappeler que la même politique, décidée par François Hollande à l’encontre de la Syrie, a eu pour effet de voir la France apporter son soutien à de prétendus « rebelles » qui se sont révélés être des groupes islamistes radicaux ?

    - Laurent Fabius n’avait-il pas déclaré, en décembre 2012, que l’organisation djihadiste Al Nosra, affiliée à Al Qaïda, faisait « sur le terrain » « un bon boulot », et cela alors que même les États-Unis répugnaient à traiter avec elle, du moins officiellement ?

    - François Hollande n’a-t-il pas reconnu que la France a, effectivement, livré des armes à la très floue « opposition » syrienne, ce qui non seulement constitue une ingérence dans les affaires intérieures d’un État étranger, illégale au regard du droit international, mais qui a aussi pour effet de créer un appel d’air en direction des «  djihadistes » du monde entier, notamment en direction de ceux venus de France ?

    • Faut-il rappeler, en particulier, que les « djihadistes » qui sont accusés d’être les auteurs des tueries de Paris ont probablement suivi un entraînement au Moyen-Orient, auprès de ces forces islamistes soutenues par des puissances du Golfe et des pays occidentaux – dont la France -, afin de renverser le régime de Bachar El Assad ?
    • Faut-il rappeler que les centaines de milliers de morts causées par la politique étrangère des États-Unis et de leurs vassaux de l’OTAN – dont la France -, ne suscitent que quelques rares entrefilets dans la grande presse et évidemment jamais de protestations indignées par ceux qui les commettent ? Qu’y a-t-il de plus indécent que les indignations sélectives de ces responsables euro-atlantistes, qui s’arrogent le droit d’intervenir  militairement dans de nombreux pays du monde en violation du droit international, et qui entraînent de ce fait l’ensemble du monde occidental dans la théorie guerrière du « Choc des civilisations » ?

     

    L’UPR se refuse également à manifester « pour la démocratie » en se rangeant derrière François Hollande, Jean-Claude Juncker, Angela Merkel et les dirigeants européistes, qui ne sont que les vassaux de la Maison Blanche, qui piétinent les référendums dont les résultats ne leur conviennent pas, qui entraînent l’Europe dans une conflagration avec la Russie et l’ensemble du monde musulman, et qui imposent à leurs peuples des politiques de régression sociale et de paupérisation jamais vues depuis un siècle.

    • Faut-il rappeler que Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre luxembourgeois, est au centre d’un immense scandale d’évasions fiscales mises en place au Luxembourg au profit de multinationales, qui ont occasionné des centaines de milliards d’euros de manque à gagner pour le fisc des États européens, ce qui n’est pas sans lien avec l’impossibilité de ces États de réduire leurs déficits budgétaires ?
    • Faut-il rappeler que l’intransigeance de Mme Merkel en matière de politique monétaire et budgétaire est directement responsable de la récession en France et en Europe du sud, et donc de la montée effrayante de la pauvreté et du chômage ?
    • Faut-il rappeler que cette politique de l’UE et de la BCE est à l’origine d’une hausse dramatique des suicides, qui se comptent désormais chaque année par centaines dans tous les pays du sud de l’Europe, sans qu’aucune vertueuse manifestation d’indignation n’ait jamais été organisée par les Tartuffe qui nous dirigent ?

    En conclusion, l’UPR exprime son étonnement devant l’appel lancé par l’Élysée et le Parti socialiste à manifester, dès ce dimanche 11 janvier, avec le soutien massif et unanime de tous les médias.

    Le président de la République a en effet annoncé solennellement ce vendredi soir que « la France n’en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible ». Il a même placé notre pays sous le plus haut degré de surveillance Vigipirate, dont l’une des conséquences normales attendues est au contraire d’interdire ou de décourager fortement les très grands rassemblements humains.


    Cet appel des plus hautes autorités de l’État à manifester dans toutes les villes de France alors que Vigipirate est en état d’alerte maximale ne peut avoir que deux explications :

    • soit le président de la République est incompétent et inconscient du danger dont il vient pourtant de rappeler aux Français qu’il était toujours présent ;
    • soit il a de bonnes raisons de penser qu’il n’y aura pas d’attentats dimanche et il a donc la certitude de ne mettre en jeu, ni la vie des milliers de Français qu’il a appelés à manifester, ni celle des principaux dirigeants européens qu’il a invités, ni la sienne propre. Dans ce cas, on aimerait connaître la nature et l’origine des informations dont le gouvernement disposerait et qui lui confèreraient une telle assurance.

    Le Bureau National de l’UPR.

    Publié par : http://www.upr.fr


    L’UPR ne participera pas aux manifestations de récupération organisées dimanche 11 janvier par les dirigeants euro-atlantistes

     

     

    Sur ce site,

     

     

    charlie-hebdo-islamophobie-antisemite.jpg

     

    Les dessins du dessinateur brésilien Carlos Latuff

    .
    Mon premier article sur le sujet,


     

    charlie-hendo-dessinateur.jpg


    votre commentaire
  • ,


    media.
    http://www.rfi.fr/ameriques/20141222-etats-unis-coree-nord-piratage-sony-internet-donnees-nucleaire-riposte-obama/

    Corée du Nord - 21 décembre 2014 - C’est la CIA qui a piraté Sony ! (Vidéo 5’12)

    dimanche 21 décembre 2014, par do (Date de rédaction antérieure : 21 décembre 2014).


     

    Le piratage de Sony est une provocation américaine
    À but de propagande contre la Corée du Nord


    Enregistré au 20 heures de France 2 du 20 décembre 2014


    Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

     

    vidéo ici :


    http://mai68.org/spip/spip.php?article8297



    Ne pouvant faire la guerre à la Corée du Nord au sens propre du mot parce que ce pays a la Bombe, les Amerloques utilisent une autre arme, absolue celle-là, et qui leur a permis de vaincre même l’URSS : la propagande !


    C’est pour la CIA qu’il est le plus facile de pirater n’importe quel site internet, puisque tout internet passe par quelques superordinateurs tous logés aux USA. La CIA a donc accès à toutes les données, et même si celles-ci sont cryptées, car rien ne prouve que la CIA ne possède pas une ou plusieurs clefs SSL qui lui servent de passe-partout. La CIA possède peut-être tous vos mots de passe.


    Par ailleurs, cette propagande contre la Corée du Nord sert aussi à attaquer internet en soi, c’est-à-dire à en justifier le contrôle par le "super-protecteur" américain en qui tout le monde a toute confiance depuis Snowden.


     

    Petit traité de propagande : perroquets, associations "indépendantes" et sondo-mensonges :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1306

    Voici enfin résumé en un court article les principes de la propagande. Il faut les connaître afin de ne pas tomber dans tous les pièges et afin de les dénoncer. Contrairement à ce que la propagande américaine nous fait croire, ce n’est pas l’URSS qui a inventé la propagande, mais les USA !

     

    La petite Corée du Nord connait la musique (vidéo 3’28) :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article2803

    2 Messages de forum

     

    Obama ne voit pas le piratage de Sony comme un acte de guerre

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0JZ0OB20141221?sp=true

    Dimanche 21 décembre 2014 19h13

     

    WASHINGTON (Reuters) - Barack Obama ne considère pas le piratage informatique subi par Sony Pictures comme un "acte de guerre".

    Cette remarque, formulée par le président américain dans une interview à CNN, semble destinée à limiter l’ampleur de la riposte promise par Washington à la Corée du Nord, que le FBI a désignée comme la responsable de la cyberattaque qui a visé le studio hollywoodien le 24 novembre dernier.

    "Non, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un acte de guerre. Je crois que c’est un acte de cybervandalisme qui a été très coûteux, très onéreux. Nous le prenons très au sérieux et nous y répondrons de manière proportionnée", a dit Barack Obama vendredi dans l’émission "State of the Union", qui sera diffusée dimanche.

    Le président américain a ajouté que son gouvernement envisageait de replacer la Corée du Nord sur sa liste des pays parrainant le terrorisme, une liste dont Pyongyang a été retirée il y a six ans.

    Le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, le républicain Mike Rogers, a réclamé une réaction vigoureuse de Washington. Il a jugé que les Etats-Unis auraient dû répliquer aussitôt à la Corée du Nord et il a reproché au président d’être parti en vacances à Hawaï vendredi au lieu d’agir contre Pyongyang.

    "Le problème ne tient pas au fait que nous n’avions pas la capacité de faire quelque chose à peu près dans l’immédiat. Nous n’avons simplement pas eu de décision de la part du président", a regretté Mike Rogers, interrogé par Fox News.

    La Corée du Nord dément toute implication dans l’attaque informatique contre Sony Pictures, qui s’apprêtait à sortir une comédie narrant l’aventure de deux journalistes chargés par la CIA d’exécuter le dirigeant Kim Jong Un.

    Le studio a finalement renoncé à la diffusion du film, ce que Barack Obama a une nouvelle fois qualifié d’erreur sur CNN, même si le directeur général du studio Michael Lynton a renvoyé la balle aux exploitants de salles qui ont selon lui refusé de le distribuer.

    "S’ils m’avaient parlé directement de cette décision, j’aurais pu appeler les chaînes d’exploitation et les distributeurs en leur demandant ce qu’il en est", a déclaré le président américain.

    "Si nous créons un précédent par lequel un dictateur d’un autre pays peut perturber, par une cyberattaque, une chaîne de distribution ou ses produits et qu’en conséquence, nous commençons à nous autocensurer, alors il y a un problème."

    Barack Obama a également invité le Congrès à adopter une loi sur la cybersécurité. "Nous devons travailler avec le secteur privé et les entreprises privées doivent travailler ensemble pour renforcer leurs sites. Mais en attendant, quand il y a une faille, nous devons poursuivre le malfaiteur."


    (Steve Holland, avec Doina Chiacu ; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


    Dimanche 21 décembre 2014 19h13

     

    Répondre à ce message

     

    Ainsi, Barack Obama a effectivement prévu une loi sur la "cybersécurité".


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique